Interventions focalisées sur le langage et la communication

Des avancées majeures ont eu lieu ces vingt dernières années dans la compréhension des difficultés de langage et de communication des enfants présentant des troubles autistiques. Aujourd’hui, la communication (verbale et non-verbale) est considérée comme le noyau déficitaire dans les critères de diagnostic des troubles du spectre autistique (National Research Council, 2001). Or, les capacités de communication sont une base importante des relations sociales et exercent une influence sur les comportements, l’autorégulation et l’apprentissage (Koegel, 2000). Des interventions variées, incluant la rééducation orthophonique classique, sont utilisées. Leur but est souvent d’influencer la capacité de l’enfant à utiliser la communication pour contrôler, comprendre et participer au monde social (Goldstein, 2002). Les interventions visant le développement de la communication sont donc difficiles à distinguer de celles visant le développement social. La rééducation orthophonique classique est utilisable avec des aménagements (cadre, fréquence, en individuelle ou en groupe…) prenant en compte les particularités spécifiques à l'autisme. En pratique, ces rééducations appliquées aux personnes autistes sont très variées mais leurs descriptions sont rares. D'autres techniques rééducatives sont davantage décrites. Certaines prennent place dans le registre de la communication améliorée et alternative (Cuny, Dumont & Mouren, 2004). Leur objectif, après avoir évaluer toutes les modalités de communication, est d'offrir à l'enfant atteint d'autisme des moyens variés de s'exprimer, d'agir sur son environnement et de développer sa pensée. La communication améliorée et alternative favorise le langage oral par la superposition de plusieurs canaux de communication (gestuel, symbolique, écrit). La communication alternative est utilisée lorsque le langage oral ne se développe pas. C’est un moyen substitutif qui va permettre à l’enfant de communiquer avec son entourage par un autre moyen que le langage oral, tel que le langage des signes par exemple. D'autres approches se situent dans une perspective différente et font l’objet de polémiques négatives comme c'est le cas pour la communication facilitée et la méthode Tomatis qui seront détaillées dans ce chapitre.

suggestion

n'hésiter pas de nous contacter si vous avez des remarques